Le Médium Saignant

octobre 23, 2010

Sur les traces de l’Homo erectus

Filed under: Actualité et politique — lemediumsaignant @ 12:25

Dans notre précédent article, Antoine et moi avons traité de la prise de contrôle de l’industrie alimentaire par le quasi-monopole de Mosanto et de la nécessité de ne pas perdre le contrôle de notre assiette. Heureusement, plusieurs alternatives s’offrent à nous. Ici, je vous invite dans l’univers gastronomique de dame nature. Il s’agit d’une épicerie fine ouverte vingt-quatre heures sur vingt-quatre dans laquelle il ne s’agit que de tendre les bras pour cueillir les plus savoureuses créations de l’existence. Cet univers, c’est l’héritage des Anishnabes, la tradition des Corses, le quotidien des Crétois. Je fais allusion à la cueillette des plantes sauvages. Cette tradition datant des temps immémoriaux de la préhistoire est le quotidien de l’Homo erectus. Il avait une connaissance si développée des plantes comestibles qu’il est considéré, au dire du très engagé Jean-Marie Pelt, comme meilleur que nos plus talentueux botanistes contemporains. Aujourd’hui, par contre, nous ne vivons plus la même réalité. Nous avons perdu ce riche héritage de nos ancêtres au dépend des agriculteurs.

«Cela nous fait comprendre que le plat surgelé n’est pas la norme […]»

Homo erectus moderne

Heureusement, certains hommes, amoureux de la nature, rassemblent et divulguent leur savoir pour faire redécouvrir ces merveilles botaniques. Parmi ceux-ci, il y a l’ethnobotaniste François Couplan. Français d’origine, il est venu en Amérique faire ses classes dans nos vastes forêts. De ses aventures, il nous a laissé un magnifique document de référence sur les plantes comestibles de l’Amérique du Nord. Par la suite, il est allé parfaire ses connaissances un peu partout sur le globe, à la recherche de ce savoir secret des peuples autochtones. Auteur de plus de 55 ouvrages, François Couplan a écrit entre autres « La nature nous sauvera » et « Le véritable régime crétois ».

Ce dernier livre inspiré d’une étude scientifique nous livre le secret longtemps inexpliqué de la longévité des habitants de cette île balkanique. En fait, selon l’ethnobotaniste, leur particularité résiderait dans leur régime agrémenté de fruits et d’herbes sauvages. Bien sûr, les Crétois sont également peu stressés et mangent beaucoup de fruits, de légumes et de poissons. Pourtant, il semble que les plantes sauvages regorgent de vitamines, de minéraux et de protéines vivifiants. Bien entendu, ce type de régime fait contraste avec la pauvreté en vitamine et minéraux des fruits et légumes issus de l’agriculture industrielle. Cette pauvreté s’est d’ailleurs accentuée avec l’arrivée des pesticides et engrais chimiques dans les cultures. La lecture de ces quelque deux cent quatre-vingt-deux pages nous enseigne d’abord qu’intégrer des feuilles d’orties ou des racines de bardanes dans nos plats est un bon gage de santé. La santé s’entretient autant par la consommation que par la cueillette qui requiert quelques heures de marche par semaine.

«Pour contourner le monopole alimentaire, il faut acquérir le savoir-faire du jardinier, il faut développer la curiosité du cueilleur du dimanche.»

La deuxième leçon de ce livre nous enseigne que ce retour à nos sources de chasseurs-cueilleurs nous reconnecte avec l’aliment de la terre à la bouche. Cette connexion nous incite à aimer le fruit savoureux, à retrouver le bonheur de découvrir ces plaisirs gastronomiques au gré de nos promenades et surtout, cela nous fait comprendre que le plat surgelé n’est pas la norme et nous fait désirer des aliments de qualité, frais et biologiques.

Contourner le monopole alimentaire

Au final, Couplan nous invite à intégrer ces délices sauvages à notre assiette. Bien sûr, il est conscient que l’on ne peut s’affranchir totalement de l’épicerie du coin. Néanmoins, c’est un pas dans la bonne direction. Pour contourner le monopole alimentaire, il faut acquérir le savoir-faire du jardinier, il faut développer la curiosité du cueilleur du dimanche.

Fabuleuse découverte en cette saison de grippe…

Je vous laisse sur une de mes découvertes préférées. Il s’agit des jeunes feuilles d’Achillée millefeuille crues. Elles accompagnent très bien les pâtes. Leur nom a pour origine le héros grec du même nom. La légende raconte qu’Achille s’en servait pour panser les paies de ses compagnons d’armes et les guérir à coup sûr. D’ailleurs, l’achillée contient de puissants antibiotiques qui ont pour propriété de prévenir efficacement la grippe et le rhume (Propos tirés de Secrets de plantes de Fabien Girard).

Philippe Heine

Publicités

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :