Le Médium Saignant

mai 7, 2011

Aphex Twin

Filed under: Édition de mai,Dossier Spécial Musique — lemediumsaignant @ 8:35

Ah, la musique… Comment une série d’ondes sonores, jumelée à des silences, peut-elle avoir un tel effet sur l’être humain? Bien que chaque personne accorde un niveau d’importance différent envers cette forme d’art, il n’en demeure pas moins que la musique a une influence considérable sur la psyché. Pour certains individus, comme les douchebags qui s’agitent sur du Rihanna vêtus de leurs t-shirts roses, la musique n’est qu’une forme de divertissement comme une autre, qui permet principalement de manifester le besoin primitif de danser. Toutefois, réduire la musique à cette seule fonction serait une grave erreur: en effet, un simple agencement de fréquences suffit à produire des effets psychologiques, tels que des modifications dans l’humeur. Beaucoup d’artistes mettent à profit cette caractéristique de la musique pour produire des œuvres de qualité. Nous pouvons penser entre autres aux morceaux psychédéliques des musiciens comme Jimmy Hendrix ou le groupe Pink Floyd, dont la musique, sans être toujours rythmée, réussit toujours à nous marquer. De plus, le fait que 40 ans plus tard, leur popularité ne décroit jamais, témoigne de leur puissance. Néanmoins, le rock psychédélique n’est pas le seul genre musical cherchant à mettre de l’emphase sur l’effet ressenti chez l’auditeur: le développement des synthétiseurs numériques et des samplers, vers la fin des années 70, a grandement contribué à l’essor de la musique électronique, dont une grande partie des sous-genres a comme principal rôle de faire ressentir chez l’auditeur un sentiment qu’il n’a jamais éprouvé auparavant.

 « …la musique a une influence considérable sur la psyché. »

Un des meilleurs représentants de la musique électronique expérimentale et « trippy » est sans aucun doute Aphex Twin. Richard David James, principalement connu sous le pseudonyme d’Aphex Twin ou tout simplement AFX, est tout un personnage. D’abord, ses parents se sont rencontrés dans un hôpital psychiatrique. Son père, qui était chargé d’administrer du LSD aux patients, consommait parfois cette fameuse substance, accompagné de sa conjointe. Ensuite, il faut mentionner qu’il porte le nom qu’aurait dû avoir le premier enfant du couple, malheureusement mort-né. Détail un peu glauque, n’est-ce pas?

Alors que sa plus jeune sœur fait partie d’un groupe rock, le p’tit Richard s’amuse à rembobiner des cassettes, à les faire jouer en accéléré, ou encore à les jouer à l’envers. Par ailleurs, il bougeait les cordes et les marteaux du piano familial pour modifier sa sonorité, chose que sa mère appréciait peu…

Quoi qu’il en soit, il commence à enregistrer ses premiers morceaux dès l’âge de 14 ans. Ses premiers maxis, Analogue Bubblebath et Analogue Bubblebath 2, sortent vers la fin de 1991. Cependant, c’est vraiment grâce à l’album Selected Ambient Works 85-92 qu’Aphex Twin se fit connaître du public. Les pièces composant cet album sont parmi les meilleures représentantes de l’électro ambiant d’après bon nombre de gens. Écoutez « Xtal », vous ne pourrez vous empêcher de craquer face à la douce voix féminine qui accompagne le beat flottant !

«…le développement des synthétiseurs numériques et des samplers, vers la fin des années 70, a grandement contribué à l’essor de la musique électronique…»

Enfin, son œuvre la plus connue demeure Windowlicker. Habituellement, je déteste regarder le vidéoclip d’une chanson avant de l’avoir écouté par elle-même, car on finit par associer involontairement la musique à l’image imposée par la vidéo, au lieu de se faire une image mentale propre à nous. Toutefois, dans le cas de cette chanson, je ne regrette aucunement d’avoir vu le clip en premier. Dans celui-ci, la musique est précédée par une intro assez surprenante, dans laquelle nous apercevons deux « try-hard » (J’éviterai d’utiliser une expression que j’emploie couramment pour qualifier ce genre de personne, afin d’éviter de blesser quelqu’un (ceci est une inside joke vraiment privée (je fous des parenthèses dans des parenthèses, parenthinception))) en train de grossièrement draguer deux filles qui marchent sur le trottoir. La scène est coupée brusquement par l’arrivée de l’artiste en question, ce qui laisse place à une parodie des clips de gangsta rap. Le clip de Windowlicker est à la fois très sensuel et très weird. Je me souviens de la première fois où je l’ai vu, alors que je n’avais que 13 ans. À la fin de la chanson, mes poils étaient littéralement hérissés! Je ne comprenais pas ce que je venais de ressentir (ne vous en faites pas, la vidéo est relativement « safe for work »), mais c’était absolument génial. Depuis ce jour, ma vie va mieux, je suis plus riche, je cours plus vite, etc. etc.

D’ailleurs, si vous vous posez des questions sur les bruits stridents que l’on entend à la fin de la chanson, analysez celle-ci à l’aide d’un spectromètre (comme si tout le monde en avait un, GENRE). Vous allez être surpris.

Tl; DR: Écoutez du Aphex Twin.

« J’aime faire des croquettes au chien. »

Siméon Vassilev

Publicités

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :