Le Médium Saignant

mai 7, 2011

Le Berger Noir

Filed under: Actualité et politique — lemediumsaignant @ 9:16
Tags: ,

L’établissement du Berger Blanc, situé à Rivière-des-Prairies au 9825, boul. Henri-Bourassa Est

Le Berger Blanc, fourrière animale à but lucratif, avec des emplacements à Rivière-des-Prairies et à Laval, fonctionne par un système désorganisé et inacceptable, commettant des barbaries sur les animaux.  Cette organisation de contrôle-animal est assigné à 10 arrondissements de Montréal, comparativement à la SPCA, qui s’occupe de seulement 6. Une enquête fut menée par Radio-Canada et un journaliste est parvenu à voir la chambre d’euthanasie, dans laquelle des corps de chiens ornent le sol. Un employé noir, pas formé en santé animale, prend plaisir à euthanasier des chats et des chiens, non par injection létale, mais par injection fait au cœur, l’animal n’étant pas gelé avant. Les animaux meurent alors très lentement, certains jetés, encore vivants, dans des poubelles avec les carcasses des autres animaux. Jusqu’à 100 animaux peuvent être euthanasiés dans une journée, à un emplacement. Les cadavres ne sont pas incinérés; ils sont menés à un dépotoir où ils sont versés dans une tranchée, dont le président du Berger Blanc, Pierre Couture, dit payer beaucoup, tels des déchets. Plus de 20 000 animaux sont destinés à cette fin par année.

 «Les animaux meurent alors très lentement, certains jetés, encore vivants, dans des poubelles avec les carcasses des autres animaux.»

Le personnel du Berger Blanc est incompétent, impoli et refuse de vérifier si un animal recherché se retrouve à leur établissement. Une journaliste a appelé le Berger et voulait se renseigner si les employés avaient retrouvé « son chat perdu ». Une employée lui a répondu qu’elle ne pouvait aller vérifier et qu’ils « se ressemblent tous ». Plusieurs animaux de compagnie ont une puce électronique sous leur peau qui, une fois scannée, les identifie et révèle les coordonnées et l’adresse de leur maître en cas de fuite. Malgré cette technologie utile, le Berger Blanc ne scanne pas les chats ou les chiens errants qu’ils ramassent ou qui sont portés au Berger Blanc par des citoyens. D’ailleurs, le site Internet du Berger n’est pas mis à jour et les propriétaires d’animaux sont obligés de se déplacer jusqu’à l’établissement et à poster des annonces de leur animal perdu sur un babillard peu regardé. À cause de cette incompétence, les animaux perdus de plusieurs propriétaires sont injustement euthanasiés, le Berger ne respectant pas un délai quelconque avant de tuer un animal, ou adoptés par d’autres personnes. En 2010, une femme dont son chien, Zazi, fut euthanasié malgré ses appels téléphoniques multiples, a poursuivi la fourrière et a gagné le procès. Il y a eu plusieurs autres cas similaires ainsi que des plaintes enregistrées concernant le Berger.

«Jusqu’à 100 animaux peuvent être euthanasiés dans une journée, à un emplacement.»

L’établissement à Rivière-des-Prairies reçoit plusieurs animaux de compagnie par jour. Avec plus de 60 chats et 20 chiens, la compagnie est responsable d’un grand nombre d’animaux, bien plus nombreux que ceux se retrouvant au SPCA. Contrairement à la SPCA, les informations sur l’histoire de l’animal sont brèves ou souvent inexistantes. La raison pour laquelle l’ex-propriétaire a remis l’animal à l’infrastructure n’est presque jamais révélée. J’ai souvent demandé à une employée pour des renseignements sur l’historique d’un animal et sur la raison de son délaissement. L’employée refusa toujours de me répondre et affirma qu’elle ne pouvait me dire cette information. Au demeurant, la confiance de la population décroît face à cette organisation non-gouvernementale. Une manifestation a pourtant eu lieu dans les rues du centre-ville de Montréal le 23 avril 2011 et une enquête est toujours en court. Une pétition exigeant des conditions meilleures au Berger Blanc ainsi que le respect d’une liste de consignes strictes est couramment en ligne. Déjà 43 219 personnes l’ont signée. Même Brigitte Bardot, actrice française populaire devenue activiste pour les droits d’animaux, a envoyé une lettre (datée du 6 mai 2011) au maire de Montréal demandant « de résilier les contrats avec cette horrible société et de veiller à ce que les responsables d’actes immondes soient jugés ».  Suite à la grève, j’ai encore une fois visité les lieux et a pu constater que les employés du Berger Blanc tente maintenant de se racheter, m’accueillant avec des bonjours et me disant de me désinfecter les mains entre chaque chat, ce qu’ils n’avaient jamais fait lors de mes visites antérieures à la fourrière, située sur le boulevard Henri-Bourassa. Toutefois, le Berger Blanc demeure une organisation douteuse et cruelle envers les animaux. Des mesures extrêmes devraient être prises afin d’arrêter ceci. Par contre, si la fourrière ferme ses portes, qu’est-ce qu’il arrivera à ces pauvres animaux?

PÉTITION: http://www.petitions24.net/petition_berger_blanc

 

Ashley Ornawka

Sources: Plusieurs articles et le reportage Enquête: Le Mauvais Berger par Radio-Canada

Photo de l’établissement: Article Pet heaven’s waiting room (The Mirror)

Photo du chiot: Ashley Ornawka

Publicités

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :