Le Médium Saignant

octobre 5, 2011

Féminité bambine : La situation actuelle de l’hypersexualisation

Filed under: Actualité et politique,Octobre 2011 — lemediumsaignant @ 4:09
Tags: ,

Vous avez sûrement remarquer l’hypersexualisation qui masque notre société d’un grand voile de superficialité.

Eh bien, sachez que votre surprise ne s’arrêtera pas là.

Il y a de cela quelques semaines, je vagabondais dans une boutique «d’adolescents », à la recherche de quelque chose à rabais. En passant par les camisoles décolletées taille 00 et les bottes à talons hauts pour  «pré-adolescentes-qui-rentrent-dans-le-moule-des-pré-adolescentes-en-quête-de-leur-nouvelle-féminité», je perçois un étalage tout à fait banal, qui allumera néanmoins une lumière de dépit dans mon esprit.

Des bottes à talons hauts pour bambins et jeunes filles du primaire. Ce genre de bottes qui cassent les chevilles, qui abîment les cartilages des genoux et qui amorcent une arthrose. Quelle merveilleuse innovation ! Les bambins auront une féminité plus assumée et quand ils auront « l’âge » (définition de l’âge étant perpétuellement modifiée par la société actuelle) de se vêtir en  «femme», ils auront beaucoup plus de confiance en eux! Des sornettes qui ne cessent de s’empiler, ma foi!

«…une femme m’interpelle, accompagnée de sa jeune fillette d’environ onze ans, cette dernière étant maquillée et habillée comme une célibataire de 19 ans à la quête d’un amant.»

Ma première réaction fut le refus ; mais non, ce doit être une blague, pourtant nous ne sommes pas le 1er avril, et ceux qui contemplent avec satisfaction les bottes brunes jonchées de brillants argents ne semblent pas rire de cette blague de mauvais goût, encore moins ceux qui en  font essayer à leurs jeunes fillettes en première année du primaire. Je sors en vitesse du magasin, et aperçois une mère qui met en garde son enfant :

« Je t’avertis Sophie, tu ne mets pas ces bottes-là pour aller à l’école!  »

La petite  «Sophie» vacille sur ses nouvelles bottes à talons hauts et hoche de la tête. Mais dites-moi donc, quand va-t-elle les porter ? Pour sortir dans les bars ? Le monde est paradoxalement à l’envers. Pourquoi débourser pour des armes de destruction massive que représentent ces talons hauts pour bambins ?

La frustration s’estompe peu à peu en moi ; il y aura toujours des enfants qui crouleront sous une montagne de choses qu’ils désirent. Des enfants-rois, quoi.

Ensuite, pendant que je replaçais des boîtes au magasin de chaussures où je travaille, une femme m’interpelle, avec sa jeune fillette, d’environ onze ans, maquillée et habillée comme une célibataire de 19 ans à la quête d’un amant.

« Est-ce que vous avez des bottes à talons hauts en cuir ? »

Je lui pointe vaguement du doigt où se situent les bottes printanières de femme.

« Non, des bottes à talons hauts en cuir, mais pour enfants. »

Totalement déconcertée, aucun mot ne me vient à la bouche. Je lui explique  que nous ne vendons pas de bottes à talons hauts pour jeunes filles, car cela bloque la croissance des jeunes et entraîne des maux de dos. La fillette débute sa crise par des pleurs et des cris….

Pourquoi les enfants sont-ils devenus ainsi ? Est-ce la faute des parents ? Qu’est-ce qui a poussé les parents à élever leurs enfants de la sorte, puisqu’ils ont reçus une éducation toute autre ? Veulent-ils offrir à leurs enfants ce qu’ils n’ont jamais possédé ?

« On assimile aux enfants le but ultime ; une minceur, des fringues à la mode et le regard des garçons sur elles. »

Certaines explications me manquent, mais quoi qu’il en soit, cette hypersexualisation me bouleverse.  La dictature médiatique domine sur les choix des enfants, au quotidien. On assimile aux enfants le but ultime : une minceur, des fringues à la mode et le regard des garçons sur elles. Pour le moment, cet objectif superficiel amène, selon moi, plus de regards pédophiles et de problèmes de vieillissement trop rapide qu’une vie assumée.

Je me rappelle quand je jouais dans la boue, avec mes vieilles espadrilles bleues marine, mes cotons ouatés larges et mes cheveux en broussaille. Mon insouciance face à mon apparence. C’est bien une période tant enviée, l’enfance ; l’insouciance, le plaisir, le bonheur à l’état pur, quoi.

Aujourd’hui, des jeunes filles en leggings qui arborent une camisole Joshua Perets, avec en prime des bottes à talons haut et des cheveux brossés et brillants de produits, qui magasinent et prennent des photos avec leurs Ipod ou leurs cellulaires. Je serais même curieuse de demander à ces jeunes hypersexualisés la définition du bonheur.

On vend des crèmes qui préviennent les rides, une multitude de produits de pur marketing qui empirent cette image superficielle de l’hypersexualisation.

Dans six ans, qu’adviendra-t-il de ces mini-victimes ?

Images : google.ca

Kimmyanne Brown

Publicités

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :