Le Médium Saignant

novembre 17, 2011

Pique-nique sur la voie ferrée – partie 2

Filed under: Arts & culture,Littérature,Mini-roman,novembre 2011 — lemediumsaignant @ 7:12

Lisez la première partie dans l’édition octobre 2011 du Médium Saignant. 

   Image prise de http://www.tumblr.com/tagged/railway 

….

–       Je suis tellement désolée de te déranger, mais il faut absolument que Katherina se fasse garder et tu es ma seule option.

Des larmes de détresse commencèrent à couler sur mes joues.

–       Cesse de pleurer Lilya, je suis désolée.

–       Non, c’est moi qui est désolée, tu m’as offert ton aide tant de fois dans ma vie.

–       Je suis en train de me préparer, j’arrive dans cinq minutes Princesse. Va faire ce que tu as à faire, mais tu me dois des explications à ton retour.

–       Je t’en dois une Nancy!

Je pris mon cellulaire et composai le numéro de mon patron qui se trouvait dans la section  «Urgences». Je vis Katherina qui venait tout juste de sortir de son lit. Katherina vint me serrer. Je lui dis de rester silencieuse.

–       Bonsoir mademoiselle Lilya. 

Il n’avait pas l’air d’avoir consommé d’alcool, c’était étonnant.

–       Monsieur Sanders, je m’excuse de vous déranger si tard. Je crois qu’aujourd’hui, Julian vous a remis accidentellement mon article sur la venue du président.

–       Je n’ai pas lu l’article en question. En fait, ma chère, j’ai lu très peu de son travail. Ses articles m’ont vraiment déçu. Je les ai tous mis dans la déchiqueteuse.

Katherina me souffla à l’oreille :

–       Maman, j’ai fait pipi dans mon lit.

–       Monsieur Sanders, cet article était d’une importance capitale.

–       Alors écrivez-le de nouveau. Je le veux dans l’édition du journal de demain.

–       Je m’excuse encore de vous avoir dérangé, ça n’arrivera plus.

–       Mettez-vous à l’écriture Lilya et dites à votre copain Julian que s’il tient à son boulot, il devrait se mettre à écrire des articles qui ont du sens.

–       Bonne nuit!

–       Bon travail!

Ensuite, je me rendis en courant à la cuisine pour ranger au réfrigérateur le mélange à gâteau. Par la suite, je changeai les draps, ainsi que le pyjama et les sous-vêtements de ma fille. À son âge, je ne mouillais jamais mon lit, ça doit être un héritage de son père. Je rentrai sous les nouveaux draps de Katherina et je lui  chantai une douce berceuse.

–       Maman, je t’aime, reste avec moi.

Elle me serrait très fort.

–       Je suis une adulte et les adultes ont beaucoup de responsabilités. Tu vas comprendre quand tu seras plus vieille. Nancy s’en vient. Je dois aller rencontrer Julian, c’est très important.

–       Ok.

–       Endors-toi mon petit ange.

J’entendis cogner à la porte alors je m’y rendis en prenant mon sac à main. Je donnai un câlin rapide à Nancy, ma sauveuse. Je pris les escaliers au lieu de l’ascenseur, car j’ai la phobie de rester coincée dans un ascenseur toute seule. Je portais la plus confortable de toutes les robes. Elle était argentée, un brin frivole et extravagante. Je vis mon formidable amoureux Avan, front-man du groupe rock First Haters, Now lovers entrer dans le bâtiment. Je m’approchai de lui et il prit mes deux mains. Il me chuchota à l’oreille comme s’il voulait me dire un secret :

–       Je t’aime Lilya.

Nous nous embrassâmes avec une telle passion que j’étais certaine que tous les gens autour nous enviaient pour un moment.

–       Avan, tu sens le sucre et la cannelle.

–       J’ai mangé une brioche en route, j’en ai apporté pour toi et Katherina. Tu t’en vas où ma belle princesse ?

–       Je dois aller réécrire un article au bureau, c’est une longue histoire.

–       Reviens vite.

                                                                  ***

Je me rendis au trente-neuvième étage du bâtiment du New York Post. Je ne vis pas Julian. Je sentis quelqu’un me toucher l’épaule.

–       Tu es venu.

Nous nous assîmes à mon poste de travail et il commença à me parler. Il portait la chemise Marc Jacobs que je lui avais offerte pour son vingt-quatrième anniversaire. Je dus avouer qu’il était sexy.

–       …alors est-ce que c’est la meilleure nouvelle que tu as entendue aujourd’hui ? Est-ce que tu crois, qu’elle va adorer la bague ?

–       Attends une minute Julian, qu’est-ce que tu vas faire avec une bague ?

 

À suivre dans la prochaine édition du Médium Saignant…   

Mini-roman par Julie Houle-Serwatynski

Publicités

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :