Le Médium Saignant

février 6, 2012

La fête contagieusement énergique

Entrevue avec Pat Gagnon du groupe The Hangers

Par Ashley Ornawka

C’est dans un petit coin assis au chaud dans l’ambiance confortablement rustique au Olde Ye Orchard Pub & Grill que Pat Gagnon, guitariste pour The Hangers, a entretenu avec moi une conversation engagée et agréable sur le sujet de leur musique contagieusement festive.

Ce n’est pas pour rien que le slogan des Hangers est « a rockin’ party at every stop ». Par un mélange reggae, funk, ska et rock, le groupe crée une sonorité complexe, mais aussi simplement amusante (pouvant être comparé à Los Lobos). Paul Caldwell et Pat Gagnon jouent respectivement des percussions et une guitare à la Santana, mais Nicolas Berthelot joue une basse épicée et le frère de Pat, Julien Gagnon, une batterie lourde, caractéristique du rock. Le tout est ajouté à la voix charmante et puissante de Philippe Cassidy.

Les paroles de la musique du groupe sont anglophones mais, étant québécois, les membres incorporent néanmoins des talents musicaux francophones dans leurs chansons, comme la collaboration avec Funky Flip de Mad’MoiZèle Giraf sur leur toune I’m on a roll. « Ça parle d’une bonne journée, une journée magique, quand tout marche bien. » Des messages positifs semblables marquent quasiment l’entièreté de leur deuxième album studio Get Your Ticket (2011), d’où la raison qu’ils se dénomment un « party band ». « We’re all about good vibes, » précise Gagnon en anglais. King Kong Girio fut le réalisateur de l’album, puis Gagnon et Cassidy, ayant étudié en enregistrement, ont autoproduit Get Your Ticket sous le nom de PNZ Soundlab. «Tu as la liberté de faire ce que tu veux. » L’enregistrement commence avec Silly, chanson rythmée, dont les paroles « we got the vibe now » reflètent parfaitement l’idéologie du band mentionnée par Gagnon plus haut. La musique des Hangers est remplie de hooks, de cuts et de jumps qui la rendent sautillante et loin d’ennuyeuse. Les percussions et la guitare funk sont un délice pour l’ouïe sur la troisième chanson du CD évoquant une femme fatale, Stranger : « She’ll spit you out like chewing gum, she don’t care. » « Les onze tounes qu’on a mis dessus sont pensées et travaillées; le temps qu’on a mis pour les écrire et pour les perfectionner est là. Quand on le fait, on le travaille jusqu’au bout. » Enfin, l’album offre une excellente écoute du début à la fin pour n’importe qui appréciant le reggae/funk et l’originalité musicale montréalaise.

« Music is magic, une fois que tu commences à taper du pied et à bouger la tête, j’tai eu. » – Pat Gagnon

D’ailleurs, le groupe existe depuis environ dix ans et il est évident qu’il a un son très travaillé. The Hangers ont connu une hausse en popularité sur la scène émergente montréalaise depuis qu’ils ont été la « révélation » du Festival Ska de Montréal en 2009. « On prépare toujours ce que j’appelle un coup de poing dans la face, » déclare Gagnon, ce qui explique leur énergie explosive sur scène. C’est par la suite qu’ils ont lancé leur premier album, Half The Fun avec un grand succès. Ils communiquent beaucoup avec la foule lors de leurs spectacles. « On a tellement de fun sur la scène que tu es obligé, dans la foule, d’avoir un minimum de plaisir. » Il semble toujours y avoir une connexion-clé entre le publique et les Hangers. « On leur parle, on saute, on danse, on invite les gens à dégager la même énergie qu’on débarque, » illustre le guitariste.

Puis si vous vous êtes posé des questions sur la signification du nom du groupe, il vient d’un inside entre les gars : Avant un spectacle de Noël, en jouant de la musique dans un local, il fallait absolument qu’ils trouvent un nom pour se désigner. C’est alors que Julien Gagnon a mis un cintre sur sa tête, embarqué sur une penderie sur roues, s’est donné quelques poussés, puis a crié d’un ton enjoué « Whohouuu! I’m a hanger! ». Et depuis, le nom a collé. Le nom est pareillement flexible, pouvant être associé à l’expression anglaise « hanging out » signifiant se tenir ensemble en bons amis, ce qui va de main avec la pensée accommodante des Hangers. Mais c’est dorénavant « un des logos, sans t’en rendre compte, que tu vois le plus souvent dans une journée » selon Gagnon (mis à part les logos d’homme et de femme symbolisant les toilettes, ai-je rétorqué en plaisantant).

« On prépare toujours ce que j’appelle un coup de poing dans la face. » – Pat Gagnon

Les influences du groupe varient entre le soul, le rock, le punk, le reggae et le hip hop. Bref, un peu de tout. Pour Gagnon, James Brown, Otis Redding, Howard Tate, The Cat Empire et les fameux Blues Brothers sont quelques de ses favoris. Semblablement à la musique de ces artistes, celle des Hangers donne une envie automatique de bouger au son du tambour, littéralement. « Music is magic, une fois que tu commences à taper du pied et à bouger la tête, j’tai eu, » dit Gagnon passionnément, des étoiles dans les yeux. Quant au chanteur, il adore les Red Hot Chili Peppers, alors il apporte le côté plus funk dans le groupe. Chez le bassiste, c’est les gros beats et les paroles rimeurs qui remportent. Et le batteur, lui, est bruyamment énergique et saute sur son banc lors des spectacles. De plus, Sublime et Real Big Fish sont des influences communes et incontournables du groupe, ayant initialement débuté comme un punk band, leur son s’étant évolué au fil des années par la suite.

The Hangers ont joué à une multitude de bars et de salles de spectacles à Montréal et Québec, dont le Petit Campus, où ils jouent le plus souvent. Ils ont notamment partagé la scène avec The Lost Ideas, The Skattalites, The Aggrolites, The Toasters, The Planets Smashers, Chris Murray, Westbound Train, Guttermouth et The Slackers parmi d’autres. Sans aucun doute, The Hangers est un groupe dont les talents musicalement divers promettent un futur fleurissant.

« We’re all about good vibes. » – Pat Gagnon

Gardez les yeux ouverts et les oreilles à l’écoute pour Postcard qui sera la prochaine chanson de l’album à être publiée sous forme de vidéoclip par The Hangers.

 

Soyez sûrs à get your ticket pour le spectacle des Hangers au National, le 24 février, en compagnie de Colectivo et des Thundermonks dans le cadre de Montréal en lumière.

CONCOURS « HANG WITH THE HANGERS »

Le Médium vous offre l’opportunité à gagner une paire de billets pour ce spectacle! Vous n’avez qu’à envoyez votre nom complet et coordonnées au journal.mob@hotmail.com et nous contacterons le gagnant du tirage aléatoire par téléphone ou courriel!

Photo de Pat Gagnon par Ashley Ornawka

Publicités

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :