Le Médium Saignant

février 16, 2012

Survol d’artistes

Filed under: Arts visuels,Édition spéciale février 2012 — lemediumsaignant @ 9:37
Tags: ,

Par Sophie Daviault

Vanessa Beecroft

Artiste américaine d’origine italienne, réputée mondialement, Vanessa Beecroft est surtout reconnue pour ses performances qui mettent de l’avant la figure de la femme. Le temps d’une soirée, dans un musée ou bien lors d’un vernissage, des femmes se positionnent, statiques et souvent nues, à la libre contemplation des spectateurs.  On en vient parfois presque à se demander si ces femmes sont bien humaines ou des mannequins de cire. À première vue, elles ont l’air vide. C’est le corps qui est mis de l’avant. Pourtant, ce n’est pas un regard déplacé que l’on pose sur ses femmes. Par leur attitude, elles mettent indirectement une distance. Elles ne sont pas sensuelles, on dirait plutôt une pose que l’on doit contempler et analyser. 

«Elles ne sont pas sensuelles, on dirait plutôt une pose que l’on doit contempler et analyser.»

Les femmes qui performentont souvent les mêmes caractéristiques physiques ou bien elles sont vêtues de la même manière. Par exemple, plusieurs photos montrent des femmes rousses à la peau pâles. Quelques unes sont nues, d’autres ont seulement des chaussures. Certaines peuvent être couchées, le sexe bien en vue ou bien les seins recouverts de leurs mains. Il y a un jeu avec l’uniformité des femmes et avec leurs positions, ce qui met le spectateur mal à l’aise. Vanessa Beecroft joue avec l’image de la femme en la remodelant et en l’amenant presque au statut d’objet. Elle joue avec le pouvoir de la masse, l’effet de la nudité froide, sans sensualité, puis avec les poses statiques de ses modèles. Elle met les femmes dans toutes sortes de situations, optant presque toujours pour un détachement dans l’expression de leur visage. Parfois, la nudité devient presque banale, on l’oublie et c’est le concept qui l’emporte. Faute de pouvoir voir ses performances en direct, son site est très bien fait et rassemble son travail de 1993 à 2010. 

http://www.vanessabeecroft.com/

Marc Séguin

Originaire de l’Ontario, Marc Séguin travaille à Montréal et à New York. Il peint de gigantesques toiles où il mélange plusieurs médiums plus impressionnants les uns que les autres, ce qui amène une certaine controverse face à ses œuvres. Avec une touche d’ironie, ses œuvres sont empreintes de son engagement social et politique. Fans de Karkwa, vous côtoyez l’œuvre de Marc Séguin à chaque fois que vous jetez un œil sur la pochette Les Chemins de verre. Mais, vous avez sans doute déjà entendu parler d’un artiste qui peint des terroristes en robe, qui utilise des cendres humaines pour peindre des ruines ou bien d’un artiste qui a fait un pape en pattes de corneilles. Marc Séguin touche à tout et c’est ce qui rend son œuvre si spéciale. Il aborde des tabous, barbouille de peintures des figures historiques bien connues, puis il s’attaque à des sujets d’actualité. Ses œuvres sont toutes aussi impressionnantes par leur sujet que par les matériaux utilisés. Séguin a une très grande maîtrise du portrait et ses œuvres ont quelque chose de touchant. On ne peut rester de glace devant une ruine en cendres humaines et on ne peut échapper au fait qu’il y a quelque chose d’humain à travers tout ça, que la symbolique est plus forte que celle de la peinture à l’huile. Petite parenthèse pour ceux qui pourraient être choqués de retrouver des cendre humaines sur une toile : la peinture noire est à la base fabriquée avec des os d’animaux broyés.

«On ne peut rester de glace devant une ruine en cendres humaines et on ne peut échapper au fait qu’il y a quelque chose d’humain à travers tout ça, que la symbolique est plus forte que celle de la peinture à l’huile.»

Marc Séguin réinterprète des sujets d’actualité bien connus comme les événements du 11 septembre en reprenant l’image des terroristes auxquels il met des robes. Il tente de nous faire voir les faits sous un autre œil. Il nous questionne, sans nous donner de réponse. Il laisse libre cours à notre jugement. Je le cite : « N’importe quel artiste devrait être un filtre social d’un certain temps. ». Oui, ses œuvres attirent la controverse. Certains sont outrés, d’autres l’admirent, il ne fait pas l’unanimité. Pourtant, l’utilisation de médiums différents rend en quelque sorte la symbolique de ses œuvres plus puissante et plus solide.

http://www.marcseguin.com/fr/

Quelques œuvres de Marc Séguin appartiennent à la Galerie Simon Blais (Montréal) et au Musée d’art contemporain de Montréal.

Publicités

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :